Ambassadeurs 

16.02.2016

Mythes et légendes sur les arsaniit

Par Geneviève Auclair, MD
Un décor typiquement inuit: un igloo illuminé avec une aurore boréale en toile de fond (Crédit photo Geneviève Auclair)

Les aurores boréales ou arsaniit en inuktitut, bien que visibles dans d'autres régions du Québec, sont plus majestueuses et plus fréquentes plus près des pôles. Inutile de préciser que le Nunavik est l'endroit idéal pour en profiter, avec sa localisation géographique et son faible niveau de pollution lumineuse. La saison idéale pour les apercevoir est l'hiver en raison des longues nuits, mais la température peut compliquer la contemplation de ce spectacle de la nature.

Les aurores boréales (au pôle Nord) et australes (au pôle Sud) sont formées par la rencontre des particules portées par les vents solaires avec les gaz de l'atmosphère aux pôles, donnant des rideaux dansants multicolores dans le ciel. Les couleurs les plus souvent vues sont le vert, le rouge, le jaune, le violet et le bleu. La couleur verte est causée par la collision des particules avec l'oxygène de notre atmosphère. 

Les Inuit avaient plusieurs croyances autour des aurores boréales. En raison de leur tradition orale, les histoires pouvaient varier même à l'intérieur d'une même région. Au Nunavik, les Inuit incitaient les enfants à porter leur nasaq (tuque traditionnelle), sinon les aurores boréales allaient les décapiter. D'autres versions mentionnent que les aurores servaient plutôt à faire rentrer les enfants plus tôt à la maison, toujours sous peine de se faire décapiter. 

Les aurores sont maintenant un élément d'attraction touristique dans la région. Elles inspirent les artistes autant en photographie qu'en peinture ou en dessin. Personnellement, lorsque je reviens d'un appel de garde en pleine nuit, je me sens toujours privilégiée de pouvoir contempler le spectacle des aurores en rentrant chez moi.

Partager