Ambassadeurs 

11.01.2016

Un sport tropical sur la Côte-Nord

Par Hélène Milot, MD, FRCSC
Sortie en SUP au clair de lune sur la rivière Manicouagan (crédit photo : Claudie Ouellet)

La Côte-Nord est notamment reconnue pour ses innombrables rivières et lacs. Il va donc de soi qu’il faut profiter de ces points d’eau pendant la saison estivale. J’écris donc cette chronique de mon salon en regardant la rivière Manicouagan partiellement gelée, en pensant aux beaux étés (trop courts!) et aux sports nautiques que l’on peut pratiquer ici. 

Je suis arrivée à Baie-Comeau il y a bientôt trois ans. Mon premier été, fraîchement diplômée, je l’ai passé à l’hôpital! Et sur les pistes cyclables. Mais l’été suivant, une amie m’a proposé de découvrir un nouveau sport: le Stand-up yoga. Adorant le yoga et l’eau, aussi bien combiner les deux et tenter de faire des prouesses sans tomber dans la rivière! Une école de yoga locale a installé des ancrages dans la rivière Amédée, cours d’eau qui traverse Baie-Comeau, pour qu’on y attache une planche de « stand-up paddle » pour ensuite s’y hisser et faire le chien-tête-en-bas, la grue, le guerrier et le bébé heureux en se laissant porter par le courant. Après une journée en salle d’opération, rien de mieux que d’aller faire le lotus le visage tourné vers le coucher de soleil en entendant les grenouilles coasser.

Les nombreux cours d’eau offrent aussi la possibilité de faire des excursions de planche à pagaie des heures durant. Il est si paisible de pagayer dans la nature sur nos lacs ou encore affronter quelques petites vagues sur la mer et admirer les phoques!

La plus belle randonnée que j’ai faite, c’est celle par un soir de clair de lune sur la rivière Manicouagan avec lampe frontale, des mitaines (au mois d’août) et une belle gang de passionnés! C’était paisible, ressourçant … Jusqu’à ce que le téléphone sonne; bien enfoui dans le sac à eau...
Je ne réponds pas tout de suite, je ne suis pas de garde.
Bon, ça sonne encore et encore. 
Il est 21h, au milieu de la rivière, et je réponds: 
      «Dre Milot, c’est le coordonnateur. On a besoin de vous en renfort dans la salle d’op»
      «Heuh, ok. J'arrive»
Au revoir ciel étoilé, je pagaie le plus rapidement possible, mais la marée baisse et mon aileron accroche le fond. Je marche dans le sable mouillé et arrive enfin au bord. Hop, dans l’auto toute mouillée et deux minutes plus tard, je suis arrivée pour aider mon collègue. Ce n’était pas ainsi que j’avais prévu finir ma soirée, mais c’est notre réalité de chirurgien. Les infirmiers ont bien rigolé quand ils m’ont vue arriver avec les souliers d’eau vaseux!

L’été dernier, j’ai donc pris la décision de m’équiper et d’acheter ma propre planche pour profiter de mon sport dès que mon horaire me le permet. Ma planche est gonflée en permanence et m’attend dans le garage. Dès qu’il fait beau et que la marée est haute, je peux partir pagayer quelques instants. Ma petite famille m’attend au bord de l’eau et profite aussi de cette belle réalité régionale: habiter au bord de l’eau tout en étant à 4 minutes de l’hôpital. 

Si vous êtes passionnés de plein-air, grâce à la pratique de la médecine en région, vous pourrez profiter de la nature au quotidien, même si parfois le devoir vous appelle!

Partager